RDC : L’éradication des violences sexuelles au coeur d’un échange entre Jeanine Mabunda et Pramila Patten

Partagez

La présidente de l’Assemblée nationale, Jeannine Mabunda, a reçu ce mardi 3 décembre 2019 la représentante spéciale des Nations-Unies chargée des violences sexuelles.

Les deux personnalités ont échangé sur la situation sécuritaire dans l’Est du pays, caractérisé notamment par les violences sexuelles contre les femmes.

“J’ai recherché son soutien dans tout ce qui est mise en œuvre du communiqué conjoint signé avec la RDC en 2013 mais aussi l’addendum [note additionnelle, Ndlr] qui met à jour l’engagement des Nations-Unies avec le gouvernement de la RDC, pour apporter une réponse structurée axée sur les victimes et qui comporte 3 axes principaux (prévention, protection, mobilisation communautaire), renforcer l’Etat de droit et la lutte contre l’impunité à travers la justice”, a dit Pramila Patten.

D’après elle, les violences sexuelles en RDC sont en légère hausse en 2019 contrairement à 2018.

“J’ai constaté que les violences sexuelles continuent, une douloureuse réalité qui ronge l’Est. De part les cas recensés par les Nations-Unies, on constate qu’il ya une augmentation en 2019 par rapport à 2018. D’où, la nécessité d’appuyer le gouvernement”, a-t-elle souligné.

Pour Pramila Patten, la RDC enregistre tout de même quelques avancées dans la lutte contre les violences sexuelles notamment sur la justice.

“Je constate qu’il ya eu des efforts par rapport à la justice. On a vu des jugement tel que Koko Dikoko ou l’affaire de Kavumu ; du viol des enfants mais le chemin reste long. Et il faut que le gouvernement rencnforce les efforts mais aussi les Nations-Unies. Ma visite s’inscrit dans la nécessité de mon bureau d’accompagner la RDC dans ses efforts”, a-t-elle fait savoir.

Rachel Kitsita

Articles similaires