RDC : la détention préventive de Kamerhe ne conduit pas à sa démission des fonctions de Dircab du chef de l’État (avocat)

Partagez

Le directeur de cabinet du chef de l’État a été acheminé à la prison centrale de Makala située à Kinshasa, ce mercredi, après plusieurs heures d’audition au parquet général près la Cour d’appel de Matete.

À en croire maître Hubert Efole, interrogé par Actu-30.info, la détention préventive du président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) n’est pas synonyme de démission de ses fonctions du chef de cabinet du président Tshisekedi.

“Il ne devrait pas y avoir d’automaticité, c’est vrai qu’il est conduit à Makala en détention provisoire. C’est plutôt la condamnation ( la décision d’un Tribunal, Ndlr) qui entraîne incompatibilité et peut conduire à une démission”, a dit cet avocat.

Et d’ajouter : “Sur le plan personnel, si la personne estime qu’elle veut avoir toute sa liberté pour se défendre et se décharger de ses fonctions officielles le mettrait à l’aise et épargnerait son institution, il peut le faire”.

Vital Kamerhe a été placé sous mandat d’arrêt provisoire après son audition et conduit à Makala. Ce, dans le cadre des enquêtes ordonnées par le ministère de la justice sur la gestion des fonds alloués aux travaux publics du programme de 100 jours du chef de l’État.

Rachel Kitsita

Articles similaires