Procès du meurtre de l’AG du centre de santé Vijana : La défense récuse les juges chargés du dossier

Partagez

Prévu ce lundi 4 octobre 2019 à la Cour militaire de Kinshasa, le procès en flagrance opposant le ministère public à Dolly Makambo, ministre provincial de l’intérieur, dans l’affaire du meurtre de l’administrateur général du centre de santé Vijana n’a pas eu lieu. Ce, à cause de la défense qui a récusé les juges chargés du dossier.

“Nous avons l’impression que ceci est un procès politique. Les gens s’en prennent à Dolly pour éliminer un adversaire politique. La procédure normale voudrait qu’un civil accusé puisse être jugé par un tribunal civil. Ce qui n’a pas été respecté en violation du statut de Rome. Également, jusque-là, on ne sait pas ce qui est reproché à notre client parce que jusque-là, aucun motif n’a été communiqué. Pour tout cela, nous avons adressé une lettre de récusation des juges”, a déclaré Théodore Ngoy, avocat de la défense.

Le procès ayant été remis au mercredi pour permettre aux juges de statuer sur cette demande, les avocats de la partie civile se disent lésés.

“Il aurait fallu que les juges nous écoutent avant de renvoyer le procès au mercredi. La demande introduite par la défense devrait être soumise au débat en vue de permettre à toutes les parties de se prononcer là-dessus. Malheureusement, les juges ont décidé en violation du principe du contradictoire”, a dit Étienne Lombela, avocat de la partie civile.

C’est depuis ce vendredi que le procès du meurtre de l’AG du centre de santé Vijana a débuté. Dolly Makambo, ministre provincial de l’intérieur de Kinshasa, est mis en cause, du fait que l’un de ses gardes du corps l’auteur de ce forfait.

Moïse Makangara

Articles similaires