Nord-Kivu/tueries : L’appel à la ville morte peu suivi à Goma

Partagez

Le parlement des jeunes du Nord-Kivu et certains mouvements citoyens ont appellé la population à observer deux journées sans activités sur toute l’étendue de la province ce lundi 2 et mardi 3 décembre 2019, pour compatir avec la population de Beni et reclamer le départ de la Monusco de la RDC.

A Goma, les activités ont tourné au ralenti dans certaines coins où des magasins, écoles et marchés n’ont pas ouvert.

Cependant, dans d’autres parties de la ville, les activités socio-économiques se sont déroulées normalement. Nombreux de gomatraciens craignaient des nouvelles manifestations.

Johnson Ishara, président du parlement des jeunes du Nord-Kivu parle d’une réussite de la journée sans activité en province et félicite la population de Goma pour avoir obéi à leur mot d’ordre dans la non-violence.

“Il appartient à l’observation générale de dire que la journée a été observée ou pas. Mais nous, nous sommes satisfaits, nous avons rassuré la population, car nombreux pensaient que Goma sera sous tension. La population est restée sans activités aujourd’hui. Nous sommes contents que la conscience collective aujourd’hui a pris de l’ascenseur au Nord-Kivu, en acceptant la journée ville morte sans incident. Ça doit interpeller les gens. Nous demandons à la Monusco de libérer ce pays 20 ans après”, a dit Johnson Ishara, président du parlement du parlement ses jeunes.

Le parlement des jeunes indique que l’observance de ces journées sans activités se poursuit jusque ce mardi 3 décembre 2019 partout en province afin de pousser la Monusco à partir.

Entre temps, la situation était tendue à Beni et à Rutshuru, au Nord-Kivu, ce même lundi, où l’on signale des morts dans des altercations entre la population et les forces de l’ordre.

Fidèle Kitsa

Articles similaires