Liberté de la presse : l’ONU appelle les gouvernements du monde à protéger les journalistes

Partagez

A travers un message vidéo fait à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse célébrée le 3 mai dernier, le secrétaire général des Nations-Unies a appelé les gouvernements du monde à protéger les journalistes dans l’exercice de leur métier.

Pour le numéro un de l’ONU, les professionnels des médias sont indispensables, car leurs informations aident à prendre des décisions informées pendant cette période où le monde est secoué par le Covid-19.

“La propagation de la pandémie du Covid-19 en a fait naître une nouvelle, celle de la désinformation, où de dangereux conseils de santé côtoient les théories conspirationnistes les plus folles. Le remède, c’est la presse : des informations et des analyses vérifiées scientifiques et fondées sur des faits. Nous appelons les gouvernements à protéger les professionnels des médias, à renforcer et protéger cette liberté de la presse indispensable pour un avenir de paix, de justice et de respect universel des droits humains”, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Antonio Guterres a indiqué que la pandémie du Covid-19 ne doit pas être un “prétexte pour empêcher les journalistes de faire leur travail”.

Dans le dernier classement mondial de la liberté de la presse, la République Democratique du Congo occupe la 150è place. Elle est toujours dans la zone des pays “à risque”. D’où, la nécessité pour le président de la République Félix Tshisekedi de tenir ses promesses du changement de la presse au Congo-Kinshasa.

Fidèle Kitsa

Articles similaires