Les USA n’apportent pas leur soutien militaire à la RDC à cause de la présence de certains généraux sanctionnés dans l’armée, affirme Peter Pham

Partagez

Reçu ce mercredi 11 février au Palais de la Nation par le Chef de l’État Félix Tshisekedi, l’envoyé spécial des États-Unis dans la région des Grands Lacs, Peter Pham, a indiqué que sa visite s’inscrit dans le cadre d’un partenariat pour la paix et la prospérité.

Selon Peter Pham, cette collaboration s’inscrit aussi dans le cadre de la lutte contre la corruption et plusieurs antivaleurs.

“Ce partenariat inclut aussi l’assistance dans la lutte voulue par le peuple congolais contre la corruption, l’impunité et tout ce qui empêche le développement de ce grand pays. Notre partenariat a plusieurs étapes. J’espère et je suis sûr que les américains et les congolais vont construire ensemble la prospérité de tous les deux pays…”, a-t-il déclaré.

Conscient de l’appui que son pays peut apporter au Congo-Kinshasa sur le plan militaire, Peter Pham a souligné que les États-Unis se trouvent limités suite à la présence de certains généraux frappés des sanctions au sein de l’armée.

“…Malheureusement, nous sommes limités à ce que nous puissions faire d’un point de vue militaire parce qu’il existe encore dans le rang des forces armées, des grands généraux qui sont sanctionnés, soit par nous, soit par nos partenaires de l’Union européenne soit par les Nations-Unies. Ce qui fait que c’est difficile de faire plus que nous faisons pour le moment”, a dit l’envoyé spécial dans la région des Grands Lacs.

À titre d’exemple, le général Amisi Kumba communément communément appelé Tango Fort figure parmi les militaires frappés des sanctions.

Corneille Lubaki

Articles similaires