Kasaï : 7 assistants principaux du SECOPE suspendus pour avoir “dénoncé des agents fictifs sur les listes de paie”

Partagez

Le directeur provincial du Service de Contrôle et Paie des Enseignants (SECOPE) du Kasaï a suspendu 7 de ses collaborateurs appelés “assistants principaux”, pour avoir dénoncé des agents fictifs sur les listes de paie des professionnels de la craie de la Division provinciale Kasaï I SECOPE, et sous division de l’enseignement primaire, secondaire et technique.

Dans un entretien accordé à Actu-30.info ce vendredi 3 janvier, Timothée Kibwalwe Ngoy a fait savoir que ces agents sont suspendus pour s'”être impliqué dans une affaire dont ils n’ont pas la responsabilité”.

Il est, selon lui, reproché à ces agents notamment :

  • D’envoyer au SECOPE national et ailleurs la liste des agents “fictifs” du SECOPE et de la Division provinciale de l’EPST Kasaï I, “sans pour autant connaître la position administrative de chaque agent” ;
  • Et de faire sortir le listing du SECOPE en “violation de la discrétion professionnelle des salaires de chaque agent, étant donné que la paie est indirecte”.

En outre, le directeur provincial du SECOPE accuse ces agent de “non-respect des procédures y relatives et des autorités de l’enseignement, en dénonçant ce qu’ils appellent agents fictifs”.

S’agissant de cette dénonciation, le directeur du SECOPE, Timothée Kibwalwe Ngoy, soupçonne une main noire des politiciens dans l’instrumentation de ces agents qui sont, d’après lui, des “brebis égarés, pour s’être comporté en désaccord avec les principes administratifs”.

En réaction, ces agents prennent acte de leur suspension et promettent de continuer avec leurs démarches.

Pour eux, cette démarche est menée pour que la vérité triomphe.

Par ailleurs, ils indiquent qu’il y a beaucoup d’agents qui ne travaillent pas mais touchent les salaires.

“Nous prenons acte mais dénonçons cet acte. Après notre inspection, nous avons découvert qu’il y a plusieurs agents à la Division provinciale de l’enseignement SECOPE et sous division qui sont payés chaque mois mais ne se présentent pas au travail parce qu’ils sont sous couverture politique. Pendant que nous, nous totalisons presque deux mois sans salaire”, a réagi Sale Mukaya, un assistant principal suspendu, interrogé par Actu-30.info.

Signalons que ces agents ont adressé une correspondance à plusieurs services de l’enseignement, dans laquelle, ils dénoncent la présence des agents fictifs sur le listing de paie. Ils sollicitent aussi l’implication du gouvernement central, pour décourager cette pratique afin de favoriser la réforme de l’enseignement.

Janderson Nyembue/Kasaï

Articles similaires