Kasaï : 1 blessé et 3 armes saisies dans un accrochage entre les militaires congolais et angolais à Kabuakala

Des tirs à balles réelles ont été entendues tard dans la soirée du vendredi 29 mai 2020, à Kabuakala situé à la frontière entre République Démocratique du Congo et la République d’Angola.

D’après la société civile de Kabuakala, il s’agissait d’un accrochage entre les militaires angolais (les Fabous, ndlr) et les militaires congolais (FARDC, ndlr).

“Un élément FARDC commis au poste frontalier congolo-angolais de kabuakala a blessé par balle un militaire angolais le vendredi 29 mai 2020, à la suite d’une longue discussion entre les deux. Cela a créé un affrontement entre les FARDC et les Fabous. Le bilan fait état d’un blessé par balle côté Fabou et trois armes AK-47 récupérées dont 2 par les FARDC et 1 par les Fabous”, a relaté à Actu-30.info, Alexandre Kalunda, membre de la société civile basée à Bakuakala.

Cette information a été confirmée par le gouverneur de la province du Kasaï, Dieudonné Mpieme, qui a annoncé des négociations pour la remise des armes.

Cependant, nos sources sur place renseignent qu’un dispositif important d’éléments de l’armée angolaise a été déployé dans toutes les frontières entre Kasaï et Angola. Ce, après la descente vendredi soir d’un contingent des militaires angolais munis d’armes, fait savoir un agent de la Direction Générale de Migration (DGM) du poste de la frontière de Kamako.

Ce samedi, le chef de poste de la DGM-Kamako a, à travers un communiqué lu sur les radios locales, interdit les congolais de franchir les frontières avec l’Angola. Il a insisté pour les congolais qui traversent la frontière congolo-angolaise frauduleusement.

Janderson Nyembue

Articles similaires