Des anciens détenus alertent sur l’état des prisons : “les mauvaises conditions font ressembler nos maisons carcérales aux véritables mouroirs où planent le climat de jungle, d’insécurité,…”

Partagez

Plus de 30 prisonniers politiques et d’opinion parmi lesquels ceux des mouvements citoyens Lucha et Filimbi ont adressé, lundi 10 février, une lettre ouverte au Président de la République Félix Tshisekedi dans laquelle ils lancent un SOS sur les mauvaises conditions des prisons parsemées ça et là sur toute l’étendue du territoire national.

Se réclamant des témoins oculaires et vivants des situations carcérales en RDC, ils ont indiqué que l’image des prisons ne reflète pas le respect des droits de l’homme.

“Depuis plusieurs années, l’image que reflètent les prisons de la République Démocratique du Congo n’augure guère le respect des droits inhérents à la personne humaine. Elles sont caractérisées par les mauvaises conditions de détentions, la vétusté des infrastructures pénitentiaires, l’absence de formation des agents pénitenciers, l’absence de contrôle de la procédure disciplinaire, l’absence des infrastructures hygiéniques adéquates, la surpopulation carcérale,…”, rapporte cette correspondance.

Ils ont souligné que ces problèmes font ressembler les prisons congolais aux véritables mouroirs.

“Bien qu’ils s’observent des particularités selon qu’on se retrouve dans tel ou tel autre coin du pays, ces problèmes sont omniprésents dans la quasi-totalité des prisons en RDC. Ils font ressembler nos maisons carcérales aux véritables mouroirs où planent le climat de jungle, d’insécurité, et tribulation permanente”, ont-ils ajouté.

Saluant les premiers actes posés par le Président de la République concernant notamment la fermeture des cachots de l’ANR et autres, ils ont formulé 7 recommandations à Félix Tshisekedi, entre autres réformer le système carcéral congolais, doter des infrastructures adéquates aux prisons, etc.

Corneille Lubaki

Articles similaires