Dénis Mukwege : “La pandémie de Covid-19 ne doit pas nous faire oublier les massacres endémiques en RDC”

Dans un communiqué rendu public le mardi 19 mai 2020, Dénis Mukwege dénonce les attaques à répétition dont sont victimes les populations congolaises en cette période de crise sanitaire.

Pour lui, la pandémie de Covid-19 ne doit pas nous faire oublier les massacres endémiques en République Démocratique du Congo.

Tout en dénonçant les atrocités commises par des groupes rebelles étrangers dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Tanganyika, le Prix Nobel de la paix 2018 s’insurge contre les massacres des populations civiles par la milice CODECO dans la province de l’Ituri.

“Les massacres et les pillages se succèdent depuis le début de l’année et la population fait face à une vague de violence particulièrement odieuse et brutale : chaque jour, des civils innocents sont décapités, des femmes sont violées, des villages sont incendiés, entrainant des déplacements massifs de la population de cette Province qui a déjà trop souffert de la guerre”, écrit-il.

Tout en réitérant son soutien à l’établissement d’un tribunal international pénal pour la RDC et une réforme profonde des secteurs de la sécurité et de la justice, le Dr Mukwege estime que la solution ne passera que par l’exploitation du rapport Mapping du Haut-Commissariat des Nations Unies publié il y a 10 ans.

“Le temps est venu de déterrer le rapport Mapping car les victimes d’aujourd’hui et d’hier ont droit à la justice, à la vérité, à des réparations et à des garanties de non-renouvellement face à ces atrocités qui doivent tous nous interpeller et qui doivent susciter des actions fortes des autorités congolaises et de la communauté internationale”, pense-t-il.

Depuis plus de deux décennies, plusieurs groupes armés sévissent en RDCongo. Des morts sont comptés parmi les victimes des ces mouvements rebelles qui sont accusés de plusieurs violations des droits humains en RDC.

Moïse Makangara

Articles similaires