Décision du CNSA : Kyungu dans la joie, Lumbi au regret

Partagez

La décision prise par le Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre (CNSA) de supprimer le dédoublement des partis politiques est saluée du côté du G7 par Gabriel Kyungu  wa  Kumwanza, président de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (UNAFEC). «C’est un premier pas, un grand pas vers une véritable décrispation [politique], que nous attendons. Il n’y a plus de concurrent. Il n’y a plus de concurrent sur le terrain. Il n’y a plus d’autre UNAFEC», s’est-il réjouit. Sur les ondes de Radio Okapi, Gabriel Kyungu a, le 22 mars, intervenant à partir de Lubumbashi, demandé la réouverture du siège de son parti situé dans la commune Kenya, fermé depuis deux ans et toujours gardé par des policiers.

La décision du CNSA de remettre les partis politiques dédoublés à leurs pères fondateurs est aussi saluée par plusieurs autres partis politiques du G7. C’est le cas du Parti démocrate-chrétien (PDC) de José Endundo ; de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (UNAFEC) de Mwando Nsimba ; et de l’Alliance pour le renouveau du Congo (ARC) d’Olivier Kamitatu. Il n’y a que le Mouvement social pour le renouveau (MSR) pour lequel le dossier a mal tourné. Le CNSA a affirmé que le MSR dirigé par Pierre Lumbi n’avait jamais obtenu un arrêté d’enregistrement.

La Rédaction

Articles similaires