Ass. Nat : Voici les raisons pour lesquelles le groupe parlementaire CACH n’a pas signé la déclaration de soutien à JJ Mamba

Partagez

Dans une interview accordée à Actu30 ce samedi 23 mai 2020, le président du groupe parlementaire CACH a donné quelques raisons pour lesquelles il n’a pas signé la déclaration de soutien à Jean Jacques Mamba faite par d’autres groupes et commissions parlementaires de l’Assemblée nationale.

“J’étais dans la réunion, comme vous le savez, je suis concerné parce que c’est le premier vice-président de l’Assemblée nationale et c’est aussi mon président du parti. Je ne peux pas prendre part à une réunion qui semble aller dans le sens de sa destitution et je ne peux pas assister à une déclaration comme ça, même si ça concerne Jean Jacques Mamba mais le dossier initial reste la pétition”, a-t-il affirmé.

Quant à l’arrestation de l’élu du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Léon Mubikayi a fait savoir que cette situation révolte tous les députés.

“Il n’est pas compréhensible qu’on puisse prendre manu militari un député, on a pas levé ses immunités pour une histoire qu’on qualifie de flagrance. Nous sommes en plein session, c’est très facile qu’on lève ses immunités et qu’on l’arrête d’une façon propre. C’est dans ce sens là que je n’ai pas voulu assister à cette déclaration”, a ajouté. Léon Mubikayi.

Ce dernier a, par ailleurs, rejeté les allégations selon lesquelles les députés nationaux du groupe parlementaire CACH auraient désavoué Jean Marc Kabund.

“Je dément formellement. Il n’y a aucun député de l’UDPS, pas même de l’UNC, qui a désavoué Jean Marc Kabund. Je sais que celui qui est en train de se défendre est de l’UNC, qu’il aurait signé ou il n’a pas signé, ça c’est la justice qui doit déterminer s’il avait signé ou pas. Ce n’est pas vraiment un problème au niveau du groupe parlementaire CACH, on reste solidaire”, a affirmé le député L. Mubikayi.

Au sujet de la pétition initiée par JJ Mamba et qui pourrait déboucher sur la destitution du 1er vice-président de la chambre basse du Parlement, Léon Mubikayi a laissé entendre que le groupe parlementaire CACH privilégie la voie de “négociation et concensus”.

Winnie Imana

Articles similaires