Ass.Nat/Affaire J-J Mamba :”Les membres de la Conférence des présidents ont soupçonné qu’il s’agissait plutôt d’une pression que subirait la justice” (rapporteur)

La Conférence des présidents de l’Assemblée nationale s’est réunie en urgence samedi 23 mai pour discuter autour de l’arrestation par le Parquet près la Cour de cassation du député Jean Jacques Mamba, initiateur de la pétition visant la déchéance de Jean-Marc Kabund du bureau de cette institution.

Faisant la restitution de cette réunion, le rapporteur de l’Assemblée nationale a indiqué que les membres de la conférence des présidents ont dénoncé cette arrestation illégale d’un député national.

“…Cela signifie que les institutions doivent fonctionner en toute courtoisie dans le respect des textes qui organisent les institutions de la République. Ils (Les membres de la conférence des présidents, ndlr) ont dénoncé le fait que l’honorable Jean Jacques Mamba soit arrêté comme un malfrat et pourtant protégé par l’article 107 de la constitution”, a dit Célestin Musao.

A l’en croire, la conférence des présidents a aussi soupçonné une instrumentalisation de la justice dans cette arrestation.

“Si cette arrestation est intervenue sans la levée des immunités, les membres de la conférence des présidents ont soupçonné qu’il s’agissait plutôt d’une pression que subirait la justice. Nous ne pouvons pas consolider la démocratie avec une justice qui fonctionne à double vitesse. Et ils ont condamné ces genres des comportements”, a-t-il souligné.

Et de renchérir : “Les membres de la conférence des présidents ont voulu que l’élan que la République est en train de connaître actuellement en ce qui concerne la confiscation de la liberté d’expression des citoyens puisse s’arrêter. Et la justice ne doit pas être un instrument utilisé pour faire taire les citoyens de la RDC”.

L’Assemblée nationale a, bien avant, demandé la libération sans condition de ce député du Mouvement de libération du Congo (MLC).

Le Parquet près la Cour de cassation a décidé, au cours de l’instruction, de placer Jean Jacques Mamba en résidence surveillée, en attendant l’audience fixée au mercredi 27 mai prochain.

Corneille Lubaki

Articles similaires