Agressions des journalistes lors des manifestations anti-lois Minaku : L’UNPC annonce une plainte contre UDPS et inconnu

Le Président de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC), Kasonga Tshilunde, a confié à la presse, ce lundi 29 juin, que trois journalistes ont été victimes des manifestations contre les propositions de lois Minaku-Sakata.

Il s’agit de Jean-Marie Kasamba dont les biens ont été détruits, de Claude Molisho et de Jean-Marie Bassa qui ont été agressés respectivement devant le Palais du peuple et devant le siège de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

Par conséquent, il a annoncé une double plaintes contre l’UDPS et l’inconnu afin que les victimes soient rétablies dans leurs droits.

“Le journaliste n’a jamais été l’enemi du politicien, nous ne pouvons pas laisser cette situation inaperçue. Nous avons décidé de porter plainte contre l’UDPS pour coups et blessures sur le journaliste Jean Mari Basa Tabassé devant le siège de l’UDPS, descendu après les échauffourées du 24 juin et une autre plainte contre inconnu pour les dégâts matériels subit par Jean Mari Kasamba, président de l’UNPC-Kinshasa, à sa résidence. Et Claude Molisho, tabassé sur le boulevard Triomphale à la hauteur du musée national”, a-t-il fait savoir.

Selon Joseph-Boucard Kasonga Tshilunde, les plaintes de Jean-Marie Kassamba et Claude Molisho seront déposées au parquet général près la Cour d’appel de la Gombe et celle de Jean-Marie Bassa au parquet général près la Cour d’appel de Matete.

En définitive, l’UNPC invite les journalistes de la RDC à se “lever comme un seul homme afin de défendre la liberté de presse”.

Jaël Moloway

Articles similaires