Agression du VPM de l’intérieur à l’Ass. Nat : Pour l’UDPS/Sud-Kivu et les Amis de G. Kankonde, “cet acte est une stratégie politique qui vise à déstabiliser le pouvoir du chef de l’État”

Partagez

Dans une note commune de protestation datée du 10 décembre 2019, dont une copie est parvenue à Actu-30.info ce mercredi, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, (UDPS/Sud-Kivu) et les Amis de Gilbert Kankonde au Sud-Kivu, dénoncent et condamnent l’agression dont a fait l’objet le ministre de l’intérieur à l’Assemblée nationale.

Selon ces structures, cet acte est tout simplement ignoble et lâche. D’où, leur mise en garde contre les auteurs et commanditaires.

“L’UDPS/Sud-Kivu et l’association des Amis de Gilbert Kankonde au Sud-Kivu sont convaincus que cet acte procède d’une stratégie politique qui vise à déstabiliser le pouvoir du chef de l’État, et à faire échec à son vaste programme de redressement du pays. Cet acte, que ni la raison ni la morale, encore moins nos lois ne peuvent, pour rien au monde, tolérer, est à mettre en lien avec l’agression verbale contre le président de la République dans le même hémicycle. Il explique aussi le conditionnement psychologique qui a conduit à brûler l’effigie de ce dernier”, rapporte ladite note signée conjointement par Jean-Jacques Elakano pour l’UDPS/Sud-Kivu et Aristide Bulakali, pour les Amis de Gilbert Kankonde au Sud-Kivu.

L’UDPS/Sud-Kivu et les Amis de G.K, qui s’insurgent contre “ce sale jeu qui consiste à injurier, à agresser, à humilier ou à provoquer puis se fondre dans l’hypocrisie”, rappellent qu’elles n’ont pas encore perdu “leur réflexe de combattant, et qu’elles n’hésiteront pas à le laisser s’exprimer si les amis d’en face continuaient à les y obliger”.

Ces plateformes, par ailleurs, réitèrent leur “indéfectible” soutien au chef de l’Etat, “le héros de l’alternance, et au VPM de l’Intérieur, Gilbert Kankonde”.

Pour rappel, le VPM de l’intérieur a été agressé à l’Assemblée nationale lors de la plénière du 4 décembre dernier. Les auteurs de cette agression, entre autres Adrien Mbambi Phoba et Papy Mantezolo, ont été suspendus pour 5 plénières par le bureau de la chambre basse du Parlement.

Rédaction Actu30

Articles similaires